Régime sans sucre:

quel sucre choisir?

Arrêter le sucre de but en blanc n’est pas une chose simple.

Alors que la consommation individuelle de sucre ne cesse d’augmenter, les publications sur les dangers et les alternatives possibles suivent la même progression exponentielle.

De quoi avoir mal à la tête si tu décides de te lancer dans une petite recherche.

Comme je suis sympa, j’ai pris sur moi!

J’ai affronté la migraine, les nuits d’insomnie et les angoisses existentielles pour que tu saches # toutquefautilsavoirsurlesucre ?

Consommation individuelle annuelle:

Elle est passé de 2kg/an/personne en 1700 à près de 90kg/an/personne dans certains pays.

N’insiste pas. Je ne les balancerai pas!

Note que les chiffres de 1700 ne tiennent pas compte de la consommation de rhum des pirates, dans les Caraïbes.

Consommation mondiale:

En 2006-2007, 150 millions de tonnes de sucre ont été consommées dans le monde, soit 20 kilos par habitant et par an.

Tu aimes les chiffres?

Allez, c’est cadeau: ça correspond à près de 4800 kilos par seconde.

N’essaye pas d’établir un record, c’est perdu d’avance!

Diabète:

60 millions de diabétiques dans le monde, avec une augmentation constante.

Le diabète de type 1 est insulino-dépendant, il doit s’injecter de l’insuline car son pancréas n’en fabrique plus.

Le diabétique de type 2 produit toujours de l’insuline, mais elle n’a pas l’effet escompté.

Les grosses galères, à finalité mortelle, arrivent quand on se paye le type 1 et le type 2.

Effets secondaires:

En plus des caries, le sucre est lié à plusieurs problèmes de santé.

Par exemple, lorsqu’on mange trop de sucre, notre corps le transforme en graisse.

À long terme, l’excès de sucre augmente donc le risque d’obésité, de diabète de type 2, de maladies cardiovasculaires mais aussi de cancer, de démences et d’Alzheimer.

Si tu ne sais plus pourquoi tu t’inquiétais de ta consommation de sucre, c’est le moment de t’inquiéter.

Prépare toi à dire souvent  « 33 » si tu ne remédies pas à cet état de fait…

Quoi?

Je ne suis pas cool? Je te fais peur? He! Mais moi, au moins, je suis honnête avec toi. Si tu ne prends pas le taureau par les cornes, t’es morte, ma cocotte!

Quel sucre choisir?

C’est une excellente question…

Pour commencer, connais- tu la différence entre un sucre rapide, un sucre lent, un sucre libre?

Sucre libre:

Sucre Hippy.

Il est libre, Max.

Mais en attendant, il te gonfle, au propre comme au figuré.

Un sucre est dit «libre» lorsqu’il n’est pas naturellement associé à des fibres, à des protéines ou à des matières grasses.

Il fait donc exploser ton compteur d’insuline.

Par exemple, le sucre dans un jus de fruits est libre parce qu’il ne reste plus de fibres dans le jus.

BAM, le jus de fruit! Dans le rouge, dès le déjeuner.

Mange-le, ton fruit, au lieu de le boire: 1 verre contient 22g de sucre, soit… 4 morceaux de sucre blanc.

Sucres rapides.

Special K:

Trop salées, trop sucrées, ce genre de céréales ne permettent pas de rassasier qui que ce soit, sauf peut être un moineau anorexique.

Leur indice glycémique crève les plafonds et elles favorisent un stockage des sucres sous forme de graisses.

Petit déjeuner de merde qui ne permet qu’une chose: enrichir les lobbies.

Tu sais combien ils dépensent, les lobbies du sucre, annuellement?

21,3 millions d’euros, le montant dépensé chaque année par le lobby du sucre à Bruxelles (hors budget de fonctionnement, 2016).

Sans aucun soucis pour les conséquences sur ta santé.

Maladies:

Le sucre est pro-inflammatoire et l’inflammation chronique est à l’origine de toutes nos maladies dites de civilisation: obésité, cancer, Alzheimer…

Tous ces noms qui font carrément flipper alors qu’un simple régime sans sucre suffit à les éloigner. Dingue, non?

Sucres Naturels:

Tu peux lire sur beaucoup de blog que les sucres naturels, non raffinés sont plus sains pour la santé.

Comme ils ne sont pas raffinés, ils contiennent des sels minéraux, dit-on…

En fait, choisir entre du sucre naturel ou du sucre raffiné, c’est un peu comme devoir choisir entre mourir d’un cancer du sein ou d’un cancer de l’ovaire, tu vois?

Les quantités de sels minéraux en questions sont minimes, ce n’est pas ça qui va te sauver.

Par contre, le quinoa peut- être utile….

Quinoa:

En 2009, une étude* in vitro a montré que la teneur du quinoa en quercétine pouvait réguler l’excès de sucre dans le sang.

Evaluation of indigenous grains from the Peruvian Andean region for antidiabetes and antihypertension potential using in vitro methods » J Med Food. 2009
Aug;12(4):704-13.

Sucres ajoutés:

C’est le sucre que les fabricants ajoutent aux produits alimentaires (céréales, gâteaux, sauces, confitures…).

Tous les sucres: raffinés comme naturels.

Ahah! Je t’ai vu!

Tu as aspéré que si tu lisais « sucre ajouté naturel », c’était bon!

Ben non…

Alternatives:

Sucre de fleur de coco, sirop d’agave, sirop d’érable, sève d’érable, miel, sève de kitul, sirops de céréales, irakia, caroube… les alternatives ne manquent pas.

On les prétend toutes « plus saines » que le sucre raffiné.

En réalité, je vais te donner un scoop: tout ce qui te fait produire de l’insuline en excès, c’est pas top.

Ces alternatives font monter l’insuline.

Ce n’est pas top.

Xylitol:

Encore une alternative possible au sucre, comme la Stevia.

Nous, les nutrithérapeutes, on est pas fan.

Pas assez de recul pour connaître leur impact sur la flore digestive ni sur l’insulinémie.

Le xylitol, comme additif alimentaire a quand même été classé comme « certainement cancérigène » par l’Association pour la recherche thérapeutique anticancéreuse…

Tu trouveras ici une revue complète de toutes les alternatives au sucre blanc, raffiné, possibles.

Leurs avantages, s’il y en a innocent.

Leurs inconvénients (et il y en a tongue-out)

Tu es motivé.e mais tu crains que ta détermination chute en cours de route?

Je te propose mes trucs et astuces afin d’éviter le cycle infernal bonne résolution-crash de motivation- culpabilité

Pin It on Pinterest

Share This