Les effets du sucre

Sur les enfants

Un témoignage viral

Tu as lu ce témoignage sur le net?

En racontant son expérience, Anna Larsson démontre que le sucre est bien trop présent dans le quotidien des enfants. Elle raconte comment elle a réussi à limiter la consommation de sucre de sa fille et les résultats qu’elle a pu observer.

Si tu ne l’as pas lu, tu peux lire l’article complet de Victoria Lasserre sur TerraFemina ici.

Donc, Anna Larsson prend conscience de l’omniprésence du sucre dans la vie et l’alimentation de sa fille et décide de remédier à cet horrible état de fait.

Elle t’explique ce qu’elle a pu constater comme changements au fil des jours.

Moi, j’ai fait l’inverse. Tu veux que je te raconte?

Habitudes familiales

Mes enfants sont nés pendant et après ma prise de conscience.

Ils ont donc grandi dans une famille qui boit de l’eau et mange des fruits et des légumes frais tous les jours.

Une famille qui ne consomme pas de produits laitiers ni de gluten et qui pâtisse sans sucres ajoutés les jours de fêtes.

Rassure- toi, ce n’est pas le bagne pour autant: on va parfois au restaurant et ils se jettent sur les pâtes et le pain et commandent les desserts les plus sucrés, les plus chantillyés, les plus colorantés… bref, les plus immangeables lol.

Mes enfants n’ont pas eu besoin de se sevrer du sucre, ils n’en ont pas reçu.

Ils sont du genre à accepter avidement un chocolat offert par un copain puis à décliner le deuxième tellement ils sont écœurés, peu habitués à cette déferlante de sucre sur leurs papilles.

Rebellion

Quand nous partons en vacances, grande famille avec jeunes enfants, nous louons plutôt un appartement ou une maison entière.

Les offres de chambres familiales de la part des hôteliers sont à la fois rares et hors de prix.

Moralité, en vacances… je cuisine. Pas de répits pour les braves.

Mais parfois, il faut s’organiser autrement.

Nous avons offerts aux enfants un séjour de 2 jours à Disney Land Paris (oui, je sais… ça va. On a tous nos petites contradictions, DisneyLand fait partie des miennes)

Nous avons donc déjeuner 2x à la chambre d’hôte, magnifique, par ailleurs.

Un air de fête!

Baguette, lait de vache, beurre, confiture, yaourt, choco, brioches, viennoiseries, céréales…

La table était gargantuesque. Vraiment, on était magnifiquement reçu.

Mais j’étais horrifiée.

Je n’avais évidemment pas anticipé.

Mes enfants m’ont regardé.

J’ai regardé ailleurs… et ils se sont empiffrés comme si leur vie en dépendait, à vouloir prendre de tout: baguette, confiture, miel, yaourt (2 voir même 3), céréales.

La fête du slip, quoi…

Un souvenir qui les marquera!

Ah ça… c’était sympa, DisneyLand Paris… A peine 2h après notre arrivée, les premiers symptômes ont commencé.

RogueOne: son nez s’est mis à couler comme vache qui pisse. Évidemment, on avait pas de mouchoirs… Elle a passé sa journée à renifler comme une malheureuse. En fin de journée, le mucus transparent était devenu verdâtre et elle se plaignait de sa gorge (aaaah, sa gorge). Le lendemain, dans son sac à dos, je lui avais mis 10 paquets de mouchoirs de 10 mouchoirs chacun. A la mi-journée, elle avait tout épuisé.

NuméroBis: c’est dans son caractère bien trempé de tête de mule que nous avons pu observer les effets de ce déjeuner horrifique. Pétage de plombs, bouderies, cherches misère… Bref, elle a passé sa journée à être insatisfaite (et nous avec!!!).

Le Troisième Mousquetaire: lui, il n’a plus voulu avancer dès après le portique de sécurité. Fatigué, qu’il disait… Tu m’étonnes. Bonjour l’hypoglycémie réactionnelle et le coup de pompe.

Lui qui randonne d’habitude 8 à 10 km sans (trop) rechigner, il a fait 20m et c’était fini. A 10h, il râlait parce qu’il avait faaaaaim. Mais il a quand même fallu le porter quasi toute la journée.

En conscience

Mais tu sais, le pire, ce n’est pas tant de voir l’état de tes enfants si inhabituel.

Le pire, c’est quand, une fois désintoxiqués, ils t’expliquent ce qu’ils ressentaient en eux:

  • J’avais plaisir de manger tout ça mais je l’ai regretté, j’avais mal au ventre et le nez tout le temps rempli.

 

  • J’étais dégouté et écœuré et puis j’étais fatigué. Quand je mange, je me sens mieux mais là, quand j’avais fini de manger, j’avais juste sommeil!!

 

  • J’étais tout le temps fâchée mais je ne sais pas pourquoi. Et j’avais envie d’en manger encore plus parce que c’était trop boooon. Mais j’osais pas parce que j’avais trop maaaal au ventre. En fait, c’est pour ça que j’étais fâchée tout le temps!

Quand ils connaissent un état de conscience apaisé parce qu’ils ne consomment pas de sucre, les enfants sont capables de faire la différence entre les moments où ils se sentent bien, en forme, sans être sur-excités et les moments d’hyper-activité.

Au final, même si après leur petit déjeuner, mes enfants aiment encore se laisser aller à manger une petite tranche de pain des fleurs au choco, ils préfèrent quand même manger ce genre de chose:

Et toi? Tu as des souvenirs de vacances, de sorties, d’événements familiaux où tes enfants sont devenus juste ingérables à cause de ce qu’ils avaient mangé?

A moins que tu n’aies jamais fait le rapprochement?

Tu es motivé.e mais tu crains que ta détermination chute en cours de route?

Je te propose mes trucs et astuces afin d’éviter le cycle infernal bonne résolution-crash de motivation- culpabilité:

'

Pin It on Pinterest

Share This